Quest-ce que L'UAS?

C’est en 1946 qu’a été fondée l’Union Arménienne de Suisse (UAS). Il existe pourtant depuis la fin du 19ème siècle une importante présence arménienne en Suisse, principalement à Genève.

C’est dans cette ville qu’un groupe d’étudiants a fondé en 1887 le parti social-démocrate Hintchak, le plus ancien de la diaspora. Peu après le parti Dachnak, également de gauche, y a établi, jusqu’à la première Guerre Mondiale, son quartier général avec la rédaction de son journal « Drochak ».

On recense une présence arménienne à Genève depuis le milieu du 19e siècle avec l’arrivée d’un certain nombre d’étudiants. Toutefois la communauté s’est formée qu’au début des années 20 avec l’arrivée de nombreux rescapés du génocide, notamment quelque 200 orphelins recueillis dans les foyers arméniens de Begnins et Genève créés par le pasteur Antony Krafft-Bonnard. Cependant la vie associative était presque inexistante dans la communauté. C’est seulement pendant la seconde Guerre Mondiale que quelques personnalités arméniennes ont pris l’initiative de combler cette lacune. Leur projet a donné naissance à l’Union Arménienne de Suisse en 1946.

Les principaux objectifs sont :

  1. Entretenir les traditions culturelles au sein de la communauté.
  2. Cultiver et promouvoir les relations arméno-suisses.
  3. Faire connaître l’Arménie, son histoire, sa civilisation et défendre la cause arménienne.
  4. Favoriser la collaboration avec les diverses organisations arméniennes de Suisse et d'Arménie.
  5. Raffermir et développer les liens d’amitiés qui ont uni dans le passé et jusqu’à présent la Suisse et le peuple arménien.

Depuis que l’Arménie est redevenue une république indépendante en 1991, l’UAS a intensifié ses contacts avec La République d’Arménie et collabore continuellement avec la représentation Arménienne à Genève qui est également l’Ambassade d’Arménie en Suisse.

L’UAS représente les Arméniens de Suisse romande auprès des autorités politiques genevoises principalement au niveau cantonal et communal. Elle contribue également à la lutte pour la reconnaissance du génocide et contre le négationnisme. Elle s’engage en faveur de projets concrets de coopération entre les collectivités suisses et arméniennes.